Comment s’organiser pour une garde alternée ?

De plus en plus de couples en difficulté de cohabitation et ayant des enfants s’orientent vers la coparentalité ou garde alternée. Il s’agit d’un type de garde qui s’oppose à la garde exclusive et dans laquelle l’enfant passe le même nombre de jours alternativement auprès de ses deux parents. Comment cela fonctionne ? Et quel modèle de garde alternée pour quel âge ?

Comment fonctionne le processus de la garde alternée ?

Pour ce type de garde, les parents partagent les jours de garde. Certains parents choisissent de partager la garde par semaine. Ainsi, l’enfant passera une semaine chez l’un et la semaine d'après chez l’autre. Pour connaître l’âge minimum d’un enfant en garde partagée, lisez cet article https://www.magazine-racines.fr/regles-clotures/. L’expérience a montré que la garde partagée par semaine produit des répercussions négatives sur l’enfant.

En effet, il cesse brusquement de voir un parent avec qui il vivait constamment. Cela cause un déséquilibre profond en lui. Les spécialistes recommandent aux parents de pratiquer la garde alternée sur 3 jours. Ainsi, chaque parent pourra continuer de l’amener à l’école et de pratiquer avec lui les activités habituelles. L’enfant sera alors moins affecté par ce nouveau mode de vie.

Quel modèle de garde alternée pour quel âge ?

Plusieurs schémas de garde alternée sont applicables. Ils varient en fonction de l’âge et de la personnalité de l’enfant. Alors pour les enfants de moins de 3 ans, au début, les parents peuvent s’organiser de sorte que l’un d’eux en ait la garde majoritaire. Selon le mode d’allaitement pratiqué, le parent non allaitant pourra prendre l’enfant avec lui pour une ou deux nuits.

Après 3 ans, la véritable garde partagée pourra être instaurée petit à petit. Ainsi, l’enfant pourra passer une moitié de la semaine chez le papa et le reste chez la maman.

Le processus de la garde partagée peut être pénible pour les parents, mais surtout pour les enfants. Et puisque chaque enfant a sa personnalité, il revient aux parents de s’organiser en fonction de celle de leur progéniture.